Catégories
Actualités non censurées

Le gouvernement de gauche italien accorde l’amnistie à 600 000 migrants illégaux

Le gouvernement de l'establishment de gauche italien a avancé plus tôt cette semaine dans ses plans d'accorder l'amnistie à 600 000 migrants illégaux vivant dans le pays, malgré une opposition généralisée.

Mercredi, Teresa Bellanova, ministre italienne de l'Agriculture en faveur des migrations massives, a signé le projet de loi accordant des permis de séjour de six mois aux migrants illégaux travaillant dans les secteurs agricole et domestique, elle a pleuré de larmes de joie, rapporte Il Giornale.

Le nouveau décret a fait l’objet de critiques considérables de l’intérieur et de l’extérieur de la coalition au pouvoir en Italie. Le Mouvement cinq étoiles, qui gouverne aux côtés du Parti démocratique (PD) de l'establishment de gauche, avait initialement exercé des pressions pour qu'un mois de résidence des résidents soit accordé aux travailleurs migrants, mais n'a pas réussi à imprimer leur volonté sur le PD apparemment plus puissant.

En dehors de la coalition au pouvoir, des populistes de droite comme Matteo Salvini du Parti de la Ligue et Giorgia Meloni des Frères d'Italie (FdI) ont fait valoir que les larmes du ministre de l'Agriculture étaient entièrement déplacées.

Répondant aux bouffonneries de Bellnova, Salvini a déclaré: «Les larmes du ministre Bellanova pour les pauvres immigrants, sans référence aux millions de chômeurs italiens, ne font bouger personne.»

"Au lieu de garantir des emplois aux millions d'Italiens au chômage et aux nombreux immigrants réguliers et respectables présents en Italie, le gouvernement pense à une amnistie pour des milliers d'immigrants illégaux", a également déclaré l'ancien ministre de l'Intérieur.

Giorgia Meloni a également profité de l'occasion pour faire exploser le coup du ministre, déclarant: «Des centaines, peut-être des milliers d'Italiens ont pleuré, peut-être la nuit, secrètement de leurs enfants, écrasés par le désespoir de tout perdre ou de peur de tout perdre. une aide qui n'est jamais venue.

Le sénateur Stefano Candiani du parti de la Ligue Salvini s'est engagé à s'opposer au décret de toutes les manières possibles.

"Nous ferons tout démocratiquement en notre possession pour arrêter ce projet méchant, nous collecterons des signatures, si nécessaire, pour promouvoir un référendum et les forcer à voter, où les Italiens les puniront sévèrement."

Le nouveau décret devrait toucher entre 500 000 et 600 000 migrants illégaux dans le pays.

Suivre Arthur Lyons sur Twitter

Soutenez Voice of Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *