Catégories
Actualités non censurées

Le gouvernement interdit 22 ONG pro-migrants pour non-respect de la nouvelle loi

Le gouvernement grec a ordonné à 22 organisations non gouvernementales (ONG) pro-migrants de suspendre leurs activités après qu'elles ne se soient pas correctement enregistrées avant la date limite du 14 juin. L'enregistrement a été rendu obligatoire par une nouvelle loi adoptée en réponse à l'augmentation de la violence perpétrée par les migrants illégaux.

Il y a actuellement 40 ONG pro-migrants actives dans les camps à travers la Grèce, qui a été en première ligne de la crise actuelle des migrants qui a commencé en 2015. Les migrants illégaux traversent la Grèce par voie terrestre depuis la Turquie ou par la mer Égée. La Grèce accueille actuellement plus de 50 000 migrants, tant sur ses îles de la mer Égée que sur son continent.

La Grèce a récemment adopté une loi obligeant les ONG de migrants à s'enregistrer auprès du gouvernement avant le 14 juin, après que la violence et la criminalité généralisées perpétrées par les migrants sont devenues un problème majeur dans le pays. Les Grecs ont été particulièrement bouleversés par une émeute qui a eu lieu dans le camp de migrants de Thessalonique près de la frontière turque le mois dernier, comme indiqué précédemment par Voice of Europe.

Le gouvernement grec a blâmé les ONG de migrants pour les troubles, et la mesure aurait été une tentative de surveiller de plus près leurs activités.

"Il existe un réseau d'ONG peu fiables opérant, en plus d'un réseau de médecins, d'avocats et d'autres personnes qui tirent de l'argent de la misère de ces personnes", a déclaré George Koumoutsakos, vice-ministre grec des migrations, selon un rapport. par SCEPTR. «Ce sont des sangsues, et cela doit cesser. Tout cela contribue à la migration illégale. »

287 ONG ont demandé à s'inscrire avant la date limite. Cependant, seuls 70 d'entre eux ont été autorisés à le faire. Dans le cadre de sa nouvelle surveillance, le gouvernement grec examinera comment chaque organisation est financée et examinera également les antécédents criminels de son personnel.

Sur les 40 ONG qui travaillent actuellement dans les camps de migrants en Grèce, 22 d'entre elles ne se sont inscrites que de manière incomplète et leurs demandes ont été rejetées. Seules 18 ONG ont été acceptées.

Sans surprise, les représentants des ONG considèrent que les nouvelles réglementations sont injustes, affirmant qu'elles sont «trop difficiles à appliquer» et «stigmatisent» leur travail.

Le gouvernement grec a cependant rejeté les critiques, affirmant que les règles précédentes étaient trop souples et faciles à abuser. «De nombreuses ONG ont apporté une contribution décisive à la résolution des problèmes de migration», a déclaré Selios Peltas, porte-parole du gouvernement. «Mais d'autres ONG ont travaillé de manière erronée et parasitaire.»

Soutenez Voice of Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *