Catégories
Actualités non censurées

Les pays européens "frugaux" repoussent le plan de relance franco-allemand

LA HAYE, Pays-Bas (AP) – À la hauteur de leur réputation de frugalité budgétaire – les Pays-Bas, l'Autriche, le Danemark et la Suède travaillent sur une proposition de fonds européen de relance qui sera assorti de conditions strictes pour les pays qui demandent une aide financière.

Et cela pourrait faire dérailler ou diluer un plan franco-allemand présenté lundi qui a été considéré comme un moyen révolutionnaire de faire face aux retombées économiques de la crise des coronavirus.

Mercredi, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a mentionné – mais il n'a manifestement pas approuvé – la proposition franco-allemande d'un fonds de 500 milliards d'euros (550 milliards de dollars) qui permettrait aux pays d'emprunter ensemble et de verser des subventions directes pour aider les pays à traverser la récession. Ce plan, présenté par les dirigeants Emmanuel Macron et Angela Merkel, va au-delà d'un plan de sauvetage antérieur basé sur des prêts qui devraient être remboursés un jour.

En approuvant les emprunts communs et l'aide directe en espèces, le plan franco-allemand est considéré par certains comme une étape vers des liens financiers plus solides avec l'UE, car l'Union à 27 pays est confrontée à des défis non seulement de la crise du virus, mais des forces populistes des pays membres Hongrie et la Pologne.

Interrogé à ce sujet, Rutte a appelé la suggestion de Merkel-Macron, «une proposition. Nous travaillons également sur une proposition. Nous travaillons en étroite collaboration avec le Danemark, l'Autriche et la Suède. Il y aura beaucoup de propositions. »

La commission exécutive de l’Union européenne devrait dévoiler sa propre proposition de fonds de relance la semaine prochaine, sur la base de laquelle les États membres de l’UE devront ensuite trouver un compromis.

Les Pays-Bas ont toujours adopté une position ferme sur l'aide économique aux pays en difficulté du sud de l'Europe et la pandémie de coronavirus ne semble pas avoir changé cela.

Sans entrer dans les détails, Rutte a déclaré que la proposition des nations surnommées par certains des quatre Frugal inclurait probablement des conditions difficiles pour les prêts.

"Si vous voulez de l'aide, vous devez faire des réformes de grande envergure afin de pouvoir prendre soin de vous la prochaine fois", a déclaré Rutte aux journalistes. "Sinon, je ne peux pas expliquer aux Pays-Bas que nous voulons aider."

Rutte a reconnu qu'il existe un intérêt économique pour une nation commerçante comme les Pays-Bas dans le sud de l'Europe se remettant du coup de marteau de la crise des coronavirus.

"Mais s'ils demandent notre soutien, le moins que nous puissions faire est de demander: qu'allez-vous faire pour vous assurer de vous sauver la prochaine fois?" il a dit.

Macron et Merkel ont déclaré que le fonds qu'ils proposeraient enverrait de l'argent à partir de 2021 dans les zones les plus touchées par l'épidémie de virus et les secteurs cibles qui sont des priorités de la politique économique de l'UE tels que la numérisation et la lutte contre le changement climatique.

Le fonds constituerait une partie unique du budget de l'UE et profiterait de la capacité des institutions de l'UE à emprunter à des taux d'intérêt extrêmement bas pendant de longues périodes. Il s'ajoute à un paquet de 540 milliards d'euros convenu entre les ministres des finances des 19 pays de l'UE qui utilisent l'euro. Cela comprenait des prêts du fonds de sauvetage de la zone euro qui devaient être remboursés.

Étant donné que la proposition ne concerne qu'un fonds ponctuel limité pendant une crise, elle représenterait un changement progressif. Mais certains y voyaient potentiellement le signe avant-coureur d'une augmentation des dépenses centrales de l'UE.

S'adressant aux journalistes mercredi soir à Berlin, Mme Merkel a indiqué que la proposition attendue de la Commission européenne le 27 mai constituerait le point de départ de nouvelles discussions entre tous les membres du bloc.

"Ce sera la proposition décisive, sur la base de laquelle nous travaillerons", a déclaré Mme Merkel. "L'Allemagne et la France accompagneront ce processus, pour ainsi dire, et l'accompagneront également de manière constructive."

© 2020 AP

Soutenez Voice of Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *