Catégories
Actualités non censurées

L'ONG Sea-Eye lance une pétition pour récupérer leurs transports de migrants

L'organisation non gouvernementale allemande pro-migrant Sea-Eye a lancé une pétition pour obtenir le transport des migrants, l'Alan Kurdi, des autorités italiennes après sa saisie au début du mois. Ils demandent également la libération de l'Aita Mari, un autre transporteur de migrants.

L'Alan Kurdi a livré environ 150 migrants illégaux au port de Palerme, en Sicile, le 6 avril, comme précédemment rapporté par Voice of Europe. Ils l'ont fait malgré le fait que le ministère allemand des Affaires étrangères leur ait demandé de cesser leurs activités en raison du risque de propagation du coronavirus de Wuhan (COVID-19). L'équipage n'a pas répondu et a poursuivi ses activités en Méditerranée.

L'équipage et ses passagers ont été placés en quarantaine à leur arrivée. Peu de temps après son amarrage, l'Italie a fermé ses ports aux migrants en raison du danger de propagation de l'infection. Puis, le 5 mai, les garde-côtes italiens ont confisqué le navire, affirmant qu'il avait des irrégularités à réparer, sinon il mettrait le bateau et ses passagers en danger.

Cependant, comme le navire navigue sous pavillon allemand, ce sont les autorités allemandes qui doivent déterminer s'il respecte ou non les règles de sécurité, et les Allemands affirment qu'il n'y a pas de violations. Ainsi, des groupes pro-migrants se plaignent que les Italiens ont fabriqué l'accusation comme prétexte pour saisir le navire.

La même semaine, les autorités italiennes ont également mis en fourrière l'Aita Mari, un autre transport de migrants exploité par une ONG espagnole qui avait livré des migrants à Palerme.

L'Alan Kurdi a souvent fait les manchettes ces dernières années car il a été responsable du transport de nombreux migrants illégaux qui traversent la Méditerranée de la Libye vers les ports européens. Sea-Eye affirme que le navire a transporté 688 migrants à ce jour.

Beaucoup ont remis en question les activités d'Alan Kurdi, affirmant que la frontière entre la réalisation de supposées «missions de sauvetage» et l'aide aux trafiquants d'êtres humains n'est pas claire. Ils ont été accusés de ramasser des migrants en Méditerranée qui y ont été amenés par des passeurs et de les transporter le reste du trajet, aidant ainsi les gangs criminels.

Sea-Eye fait maintenant circuler une pétition sur Change.org pour obliger les autorités italiennes à restituer le bateau, ainsi que l'Aita Mari, un autre navire exploité par une ONG pro-migrant qui est actuellement détenue par eux. Ils affirment que leur prochaine mission, prévue pour juin, est d'une importance vitale car il n'y a actuellement aucun «navire de sauvetage» opérant en Méditerranée centrale.

La pétition exige en outre que l'Italie et Malte rouvrent leurs ports aux migrants malgré le verrouillage en cours en raison de la pandémie, et dit que tous les États membres de l'Union européenne doivent accueillir des migrants, pas seulement ceux de la côte méditerranéenne.

La pétition compte près de 1 500 signatures à ce jour.

Soutenez Voice of Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *